langue:  it | en | no | es | fr | de | jp | ru | el | ro
Articles religieux fabriqué en Italie

Articles religieux

Le bénitier - On n'entre pas dans une église comme dans la boutique d'un commerçant. La zone délimitée par église est un espace sacré, et d'ailleurs c'est bien le sens étymologique des mots templum - en Latin - et temenos - en Grec -, tous deux dérivés d'une racine commune qui signifie "couper", "séparer". L'enceinte du temple marque la limite et la séparation nette d'avec le milieu profane, elle renferme un milieu sacré, réservé à la Divinité.

Avant de pénétrer dans ce monde sacré du temple, l'homme doit subir une purification : le baptême, et, d'une certaine façon, chaque fois qu'il entre à l'église, il est invité à ritualiser cette purification, en se purifiant avec l'eau du bénitier. A proximité des antiques églises se trouvaient des fontaines destinées à cet usage. Les bénitiers remplacèrent les fontaines, desquelles ils sont un souvenir. Dans un premier temps, ils furent placés à l'extérieur, devant la porte; puis sous le porche, et enfin à l'intérieur, près de l'entrée. Le bénitier et le baptistère sont constitués pour l'essentiel d'une vasque d'eau.

Dans le symbolisme traditionnel, chaque vasque rituelle représente l'Océan primordial, les "eaux" de la Genèse au-dessus desquelles l'Esprit de Dieu plana pour opérer la création. Et c'est en référence à ces eaux que le baptistère ou le bénitier possède le pouvoir d'opérer une régénération, une re-création.

Equipement du pélerin


"L'homo viator" par excellence du Moyen-âge, le pèlerin, se déplaçait habituellement à pied, d'autant plus que la tradition religieuse indiquait dans la marche la façon de voyager la plus vertueuse. À cette époque (mais la coutume était déjà diffuse dès la fin de l'Empire Romain) pour tout bon chrétien le fait d'accomplir, au moins une fois dans sa vie, le voyage pour visiter un important lieu sacré apportait l'espoir. Ce lieu pouvait être Rome, Saint-Jacques-de-Compostelle et surtout le sépulcre du Christ en Terre Sainte.

Dès le Haut Moyen-âge, le protecteur des pèlerins est l'apôtre Saint Jacques que la tradition veut enterré à Saint-Jacques-de-Compostelle. Les symboles qui caractérisent les représentations de Saint Jacques, outre au bourdon, sont : la Flasque, la Coquille ("la Coquille St. Jacques", pour les Français) et l'Itinéraire du Pèlerin, lequel à cette époque-là, était un long parchemin à enrouler comme la " Tabula Peutingeriana ".